Equipe Armor 3D : le portrait de Florian Kalbach

Florian Kalbach lignes de production

Les lignes de production d’Armor 3D : le rôle de Florian Kalbach dans l’industrialisation de filament 3D

Participant à la gestion des lignes de production des filaments, Florian Kalbach, technicien en application 3D rejoint les rangs d’Armor.  la diversité des profils est clé, elle permet de créer des solutions innovantes et d’accélérer la recherche et le développement.

 

Peux-tu te présenter ainsi que ton parcours?

J’ai un BTS Europlastic et Composite que j’ai complété par une licence pro Formulation et transformation des élastomères (IFOCA). Ensuite, j’ai travaillé 3 ans au Centre de Recherche Hutchinson dans le Service Industrialisation en tant que Technicien de formulation des TPE (thermoplastique élastomère).

Puis, il y a 5 ans, je suis arrivé dans le groupe Armor dans l’activité Transfert Thermique au service Process. Mes principales missions étaient de participer à la réalisation des essais d’industrialisations des nouveaux produits, démarrage des nouvelles lignes de production et optimiser les procédés… Enfin, en Juin 2017 je suis passé dans l’activité 3D du groupe.

 

Parallèlement à ma vie professionnelle, je pratique le Kitesurf et j’adore faire des road-trip avec mon Van.

 

 

Quelle est ta principale mission chez Armor 3D ?

Je participe à l’industrialisation des filaments sur les lignes de production. Je suis en lien avec la R&D afin de réaliser le lancement des nouveaux produits. J’apporte aussi mon expertise technique pour définir les nouveaux outils de production.

 

ligne de production filament 3D Armor

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’impression 3D ?

Cette méthode de transformation révolutionne la manière de penser une pièce. Puisqu’il n’y a plus de moule, nous n’avons plus à penser au démoulage de la pièce. Pouvoir définir facilement un taux de remplissage d’une pièce permet de diminuer la consommation de matière. De plus, la gestion du taux de remplissage permet de créer un réseau tridimensionnel à l‘intérieur de la pièce. Ceci afin d’optimiser les propriétés mécaniques. Cela repousse les limites du possible.

 

Comment imagines-tu le futur de l’impression 3D ?

Les possibilités futures sont immenses. Nous penserons d’abord à imprimer un objet avant de l’acheter. Une imprimante 3D deviendra certainement un outil du quotidien et accessible à tous. C’est un couteau suisse 2.0.