ARMOR 3D accueille son nouveau responsable technique, François Edy.

L’équipe ARMOR 3D s’agrandit à nouveau ! Depuis quelques mois, François Edy a rejoint l’entreprise en tant que Responsable Technique de la Kimya Factory, notre service d’impression 3D. Il est chargé d’encadrer l’équipe de production, répond à toutes les demandes techniques des clients et s’assure que les délais de fabrication soient respectés. Une fois n’est pas coutume, nous avons posé quelques questions à François afin d’en savoir plus sur son parcours !

Peux-tu te présenter et nous en dire un peu plus sur ton parcours professionnel ?

Je suis ingénieur mécanique et matériaux avec une spécialisation dans l’éco-conception. A la suite de mes études, j’ai eu l’opportunité d’intégrer un institut de recherche en tant qu’ingénieur de recherche spécialisé sur la thématique de la fabrication additive. Cette expérience m’as permis de travailler sur la plupart des principales technologies d’impression 3D passant du métallique au polymère. Ces 7 années passées à développer la technologie dans le cadre de projet industriel ont conforté mon intérêt pour la technologie et mon souhait de continuer à accompagner la montée en maturité de la technologie, j’ai donc intégré ARMOR 3D.

Comment as-tu découvert l’impression 3D ?

J’ai découvert l’impression 3D lors de mes études, mon école dispensant déjà des cours sur le prototypage rapide. Ensuite, avec la démocratisation des imprimantes 3D, j’ai pu acquérir ma première machine, un kit de tiges filetées à l’époque. Avec cette première solution, j’ai pu en fabriquer d’autres sur le modèle du projet REPRAP et je continue aujourd’hui à titre de hobby à concevoir et développer mes propres imprimantes personnelles.

Quelles sont tes missions chez ARMOR 3D ?

Chez ARMOR 3D, je suis responsable technique du service d’impression 3D.  Je m’occupe à ce titre d’apporter des réponses techniques pertinentes aux attentes des clients, j’encadre l’équipe de production et m’assure de la qualité et du respect des délais de production.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette technologie ?

Ce qui me plait le plus dans cette technologie c’est la rapidité d’exécution ; on peut ainsi passer d’une idée à un objet physique voire à une production en quelques jours. La diversité des sujets que la technologie peut adresser est également un point passionnant : on peut gérer la production d’une pièce unitaire avec de simples fonctionnalités d’aspect mais aussi une production de série de pièces avionnables le lendemain.

Comment vois-tu le futur de la fabrication additive ?

Selon moi la fabrication additive entre seulement dans une phase de maturité et gagne chaque jour en fiabilité et en performance. Elle devient de plus en plus incontournable dans le cycle de production de produit que ce soit pour des prototypes, des petites séries voire de plus grandes séries. L’éducation des différents acteurs de l’industrie autour de cette technologie va également permettre de bénéficier de plus en plus de ses avantages tels que sa flexibilité, ses capacités techniques, son efficacité en termes de consommation de matière et sa capacité à produire à la demande. La filière n’en est qu’à ses débuts et je suis enthousiaste de voir son évolution dans les années à venir.