Equipe Kimya : le portrait de Mathieu Alberola

Mathieu Alberola

Mathieu Alberola : chargé de la production de filaments 3D

Cette semaine, nous vous proposons de faire la connaissance de Mathieu Alberola qui est chargé de la production de filaments 3D. Derrière notre gamme de filaments se cache une diversité de profils, des passionnés de la fabrication additive qui mettent leurs talents et compétences au service de la technologie. Kimya, c’est une équipe qui grandit au fil des mois et qui se renforce grâce à des valeurs communes fortes.

 

Peux-tu te présenter ainsi que ton parcours ?

Bonjour, moi c’est Mathieu avec un « t », jeune ouvrier qualifié de 29 ans. Je travaille au poste de découpeur transfert thermique chez Armor depuis 6 ans maintenant. Passionné de nouvelles technologies, j’adore les maquettes en tout genre mais surtout les mangas !

 

Collection de manga

 

Quelle est ta mission chez Kimya ?

Mon rôle chez Kimya aujourd’hui est de réaliser les essais process et de recherche et développement. Je fais également de la production de filaments à l’aide des équipements de production, pour alimenter les stocks de produits Kimya.

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’impression 3D ?

On s’accorde tous à dire que c’est une technologie qui libère la créativité et qui permet de créer n’importe quelle pièce. Aujourd’hui, une multiplicité de matériaux est disponible permettant la création de formes de plus en plus complexes. Je crois que c’est ce qui me plait le plus, ne pas avoir de limites et pouvoir tout choisir dans le processus de fabrication, de la machine au matériau, etc…

 

La production de filaments 3D : un balle imprimé avec des filaments 3D

Comment imagines-tu le futur de l’impression 3D ?

L’utilisation des imprimantes 3D n’a comme limite que l’imagination et de nombreux projets voient le jour grâce à elles. Je pense que l’impression 3D est un marché qui va continuer à prendre de l’ampleur et se généraliser. Aussi, je constate que la gestion des déchets est un enjeu crucial de nos jours. En effet, l’économie circulaire mise en place pour la 3D est un grand pas en avant. Je suis vraiment content de pouvoir combiner les deux dans mon travail.