Eyeagnosis : l’impression 3D et l’IA pour garder la vue

eyeagnosis black and white eye

Découvrez le projet Eyeagnosis permettant de diagnostic de pathologies rétiniennes dûes au diabète. Ce projet mobilise deux technologies majeures : la fabrication additive et l’intelligence artificielle.

 

Eyeagnosis : le projet de Kavya Kopparapu

Kavya Kopparapu est une étudiante américaine de 16 ans. Elle a indéniablement la fibre scientifique et excelle particulièrement en sciences informatiques. Elle est fondatrice et dirigeante d’une association à but non-lucratif. Celle-ci encourage les jeunes filles à investir le terrain des sciences de l’information. Son dernier projet est un mélange parfait entre son inclinaison vers les projets non-lucratifs et ses talents techniques.

 

Kavya Kopparapu, créatrice d'Eyeagnosis

 

Une histoire de famille

Le grand-père indien de Kavya a récemment été diagnostiqué d’une pathologie rétinienne. Il y a deux coupables : son diabète et le diagnostic trop tardif de cette pathologie. C’est sur ce dernier problème que Kavya se penche.

On estime le nombre de diabétiques à environ 415 millions. Ces pathologies rétiniennes toucheraient un diabétique sur trois. Malheureusement, seulement la moitié des cas seront diagnostiqués. Il n’est pas difficile de remonter à la source du problème. Les équipements ophtalmologiques sont particulièrement coûteux et les spécialistes manquent. Une absence encore plus marquée dans les zones en développement.

 

L’impression 3D au cœur du projet Eyeagnosis

La jeune étudiante a donc décidé d’agir en proposant une double solution :

  • une solution hardware
  • une solution logicielle

Pour le côté matériel, Kavya a développé une solution qui remplace les outils de diagnostic coûteux (environ 2 500$). Elle imprime en 3D un bras qui permet d’ajouter une lentille à un smartphone. Il faut environ 4h pour imprimer toute les pièces nécessaires à l’assemblage du bras. Le coût total est d’environ 50$ seulement !

 

Bras imprimé en 3D sur une portable avec l'application Eyegnosis

 

 

L’intelligence artificielle rentre en jeu

Le problème matériel étant réglé, il lui reste à pallier au manque de spécialistes dans les pays en développement. C’est là que l’intelligence artificielle rentre en jeu. Kavya et son équipe ont utilisé ce que l’on nomme un Réseau Neural Convolutif. Ceci afin de développer un logiciel capable d’identifier quelles rétines présentent les symptômes caractéristiques de la pathologie. Elle s’est servie d’un programme développé par Microsoft que Kavya a modifié. Elle a enseigné au logiciel à reconnaître les rétines saines par le biais d’une base de données de 34 000 scans rétiniens. Les premiers tests cliniques sont concluants. L’appareil et le logiciel doivent toutefois être testés dans des conditions différentes afin de s’assurer du réel potentiel.

 

Ce projet démontre la nature exponentielle de l’impression 3D et de l’intelligence artificielle. Ces deux technologies, considérées parfois comme bégayantes ont un impact de plus en plus grand dans des domaines d’applications variés. La vision d’Armor est de développer des matériaux 3D capables de satisfaire à des besoins d’usages de plus en plus ambitieux.