Comparé à l’aluminium, le PAEK est un matériau 40% plus léger qui peut servir d’isolant. Il est aussi stérilisable et biocompatible. Le PAEK détient par ailleurs une résistance aux températures élevées (260°C), à la traction, à l’abrasion, à l’hydrolyse et une résistance chimique (organique, acide, base). Il est également robuste face aux déformations et à l’usure. A température ambiante, il possède une durée de vie indéfinie.

Propriétés des filaments 3D en PAEK

Le PAEK a une meilleure adhésion à l’impression. De plus, la cristallisation est plus simple à maîtriser. De plus, le PAEK possède des propriétés auto extinguibles. Cela signifie que les pièces imprimées en PAEK s’éteindront d’elles-mêmes si elles prennent feu. Grâce à sa résistance chimique, le PAEK peut être utilisé comme matériau pour les composants soumis aux acides et aux hydrocarbures, tels que les carburants et les lubrifiants. Aussi, son faible dégazage permet de l’utiliser dans des environnements confinés, tels que les satellites, où les matériaux ne peuvent pas dégazer sous vide. Enfin, sa température de fonctionnement élevée le rend viable pour la production de composants se situant dans des compartiments moteur.

 

Découvrez les filaments 3D Kimya à base de PAEK

 

 

Les imprimantes compatibles et les applications les plus courantes

Le PAEK est compatible avec les imprimantes FDM permettant une température d’extrusion de minimum 350°C et un plateau d’impression chauffant (jusqu’à 125°C pour le PEKK-A et 60°C pour le PEKK Carbon). Cependant, les paramètres d’impression sont propres à chaque imprimante 3D : nous vous conseillons de réaliser plusieurs tests avant de trouver les bons réglages. L’aérospatial privilégie ce type de filaments, ainsi que le cadre médical notamment du fait qu’il favorise la repousse des os.

Les points de vigilance

La température de la buse ne doit pas être trop élevée. Cela peut entraîner une déformation partielle et un suintement du filament. A contrario, une température trop basse peut affaiblir la cohésion entre couches. Cela peut aussi entraîner une mauvaise impression des détails en raison de la viscosité du polymère. Par ailleurs, la température de la chambre est généralement légèrement en dessous de la température de transition vitreuse du matériau. Ainsi, il est important de maintenir la pièce en cours de production au plus proche de sa température de cristallisation pour une impression réussie.

Alternatives possibles : les filaments en PPSU ou les filaments en PEI.

 

Télécharger notre matrice pour comparer les propriétés de tous nos filaments.

Pour en savoir plus sur les filaments en thermoplastique haute performance, découvrez le dossier du média 3D Natives.